Richard Ying – Blog

6 août 2007

Dix-septième jour : trois restos de suite…

Filed under: Côté chinois,Ma Vie — Richard Ying @ 17:31. Les commentaires sont fermés.

Aujourd’hui, encore une grasse matinée.
Invités par le frère de mon père pour le déjeuner, nous sommes retournés au restaurant où nous étions hier soir.

Le trajet depuis l’hôtel s’est fait en minibus pour le même prix que les bus classiques, soit 2 yuans. La porte étant située au milieu du véhicule, le conducteur ne s’occupe pas des tickets, un préposé dispose ainsi d’un siège spécial avec tirelire intégrée… Les arrêts des minibus ne sont pas du tout signalés dans les rues, il y a néanmoins le noms des arrêts stickés sur les vitres du véhicule. Le confort est assez sommaire avec des sièges en dur, mais l’intérieur est climatisé, avec des rideaux si le soleil tape fort.

Arrivés au restaurant, nous avons été placés dans une petite salle puisque la grande salle d’hier n’est ouverte qu’au dîner. Le repas fut du même type avec à peu près les mêmes plats, rien d’extraordinaire…
Comme plusieurs chefs exercent en cuisine et que l’on a plus le temps de savourer les plats le midi, chaque plat était accompagné cette fois-ci d’une petite étiquette « mitonné par le cuistot n°** » ; cela permet de demander à avoir quelqu’un dont le plat nous a plu si l’on revient.
Autre chose, l’ambiance sonore des toilettes est assez spéciale, on y entend « My Heart Will Go On« , le thème du film Titanic, en version techno.

Pas de sieste cet après-midi, nous sommes allés visiter une cousine germaine de ma mère. Elle et son mari font partie des nouveaux riches chinois et habite dans un duplex au bord du fleuve Oujiang.
Elle dispose d’une terrasse où l’on a une vue impressionnante sur l’île Jiangxin où l’on trouve une vraie pagode (et non l’une de ces imitations qui se construisent un peu partout dans la région), un jardin de bonsaï et un petit parc d’attraction.
Mes parents ont longuement discutés avec elle sur tout ce qui s’est passé depuis la dernière fois qu’ils se sont vus (en 2003) avant de s’apercevoir que l’on allait rater le dîner auquel nous étions conviés si nous continuions ainsi.
La cousine germaine nous a donc accompagné en voiture jusqu’au restaurant (encore un qui se trouve à côté de la gare). Sur le chemin, nous avons remarqué de nombreuses églises dont une en construction : le christianisme est en pleine expansion en Chine, en particulier le protestantisme évangélique.

Le dîner s’est déroulé dans une salle privée avec deux tables à plateau tournant. Notre hôte était le fils aîné du frère de mon père, il fêtait son retour en Chine pour les vacances et en même temps son douzième anniversaire de mariage, bien que sa femme et ses enfants soient restés en Espagne… Le repas a bien sûr été l’occasion de trinquer à bien d’autres sujets.
Sur ma table, j’ai découvert une boisson fort étrange : le lait de maïs. Contrairement à ce qu’indique son nom, le lait de maïs ne contient pas de liquide issu d’un mammifère (le lait de soja ne l’est pas non plus), c’est une préparation à base de jus de maïs. Le résultat a une texture assez étrange, c’est jaune pétant, on dirait davantage un velouté que du lait, et le tout a un goût assez fade…

© Richard Ying • 1999-2014